Fondation DiDé

 Les Projets

Les-Projets-Fondation-Dide.jpg

Notre approche

 

Nous concevons et mettons en oeuvre nos propres projets ou soutenons des projets en partenariat avec d’autres acteurs.

En partenariat:

Les projets peuvent être soumis par des acteurs issus d’organisations nationales ou internationales reconnues ou émanées de l’initiative des autorités nationales d’un pays.

Ils doivent correspondre aux buts et à la mission de la Fondation DiDé.

En privilégiant des projets en partenariat, nous travaillons à:

  • Renforcer les compétences et les échanges d’expériences;

  • Mettre en place une réponse globale au travers d’un dispositif d’activités complémentaires;

  • Favoriser les liens entre l’intérieur et l’extérieur des lieux de privation de liberté (intra/extra muros);

  • Sensibiliser les autorités, les familles, les communautés et la société civile;

  • Développer une démarche « action-recherche » entre des acteurs du développement et le monde académique.

 
 

Nos critères d’intervention

 

Origine

  • La crédibilité du/des partenaire/s est reconnue.

  • La volonté des autorités est réelle.

Faisabilité

  • La proposition doit démontrer la viabilité du projet notamment quant à sa durabilité, son potentiel d’autonomie et sa transparence de gestion.

Ancrage

  • Le projet contribue à améliorer les compétences locales grâce aux acteurs sur place, liés directement ou indirectement au projet.

Pertinence et finalité

  • Le projet répond à des besoins clairement identifiés.

  • Le projet renforce, voire promeut les normes et standards internationaux en matière de détention.

  • Le projet s’inscrit dans une volonté affichée des autorités d’amélioration des conditions de vie des personnes privées de liberté.

Conception et planification

  • Les moyens de reporting, de monitoring et d’évaluation sont définis dans la proposition de projet.

Durabilité

  • Le processus d’appropriation du projet est défini dans la proposition.

 

Proposition de projets

Notre partenariat
Vos propositions de projets

Afin de nous soumettre un projet, veuillez remplir les documents suivants:

Projet de santé mentale et de réhabilitation psychosociale pour les femmes de la Prison de Ngoma

 
Projets-Prison-Femmes-Fondation-Dide.jpg
 
 
 

En 2018 un nouveau projet est lancé dans la Prison de Ngoma. Située au Sud-Est du pays, elle héberge plus de 1’000 femmes détenues dont certaines avec leurs enfants qui, selon la loi rwandaise, peuvent accompagner leur mère jusqu’à l’âge de 3 ans.

Les objectifs visent l’amélioration des conditions de vie et la préparation à la réintégration des femmes dans la société. Les activités prévues sont les suivantes : cours d’alphabétisation et ateliers d’artisanat, accompagnement psychosocial et en santé mentale, support au maintien des liens avec les familles et suivi des réinsertions.

La séparation entre les mères et leurs enfants est également préparée afin d'atténuer au mieux les douleurs et les difficultés vécues durant cette période et de faciliter l'intégration des enfants dans leur milieu d'origine.

 

Durée:

3 ans (1er janvier 2018 - 31 décembre 2020)

Budget total:

898’306 CHF

Projet en partenariat avec:

Ville de Leuze

Rwanda Correctional Service

Projet financé par:

Wallonie-Bruxelles International

 
 
 

Projet de protection des droits humains au sein du système de justice pénale rwandais

 
Projet-protection-droits-humains.jpg
 
 
 

En 2018, DiDé a initié un projet interdisciplinaire en collaboration avec l’ONG Rwanda Bridges to Justice, organisation spécialisée dans le domaine juridique, visant la défense des droits humains et la prévention des abus. Au sein de ce projet, DiDé forme et sensibilise les différents acteurs du système judiciaire rwandais et fournit un accompagnement psychosocial aux personnes détenues, en particulier à celles qui ont été victimes d’abus ou de violations des droits humains. DiDé est active dans les prisons de Nyarugenge, de Ngoma, de Rwamagana, de Bugesera et de Nyagatare qui accueillent en total plus de 20’000 détenus et détenues.

 

DURÉE:

3 ans (1er janvier 2018 - 31 décembre 2020)

BUDGET TOTAL:

476’266,35 EUR

PROJET EN PARTENARIAT AVEC:

Rwanda Bridges to Justice

International Bridges to Justice

Rwanda Correctional Service

PROJET FINANCÉ PAR:

Union Européenne

British High Commission in Kigali

 
 
 

Projet de justice restauratrice pour la promotion de la réconciliation au Rwanda

 
Projet-justice-restauratrice.jpg
 
 
 

La Fondation DiDé a démarré au mois de mars 2019 un projet qui s’insère dans un programme plus ample appelé « Duteze Imbere Ubutabera » (Développons la Justice) soutenu par USAID (Agence des Etats-Unis pour le Développement International) et mis en place par l’ONG Chemonics International.

Ce projet se fonde sur trois axes d’interventions : renforcer le droit à un procès équitable, accroître la capacité du sytème de justice criminelle à réhabiliter les détenus et enfin, faciliter la réconciliation entre la communauté et les individus en conflit avec la loi.

Les interventions de DiDé se concentrent sur la réhabilitation psychosociale des personnes détenues proche de leur fin de peine et ce grâce à un soutien psychologique en vue de leur réintégartion dans la société. D’autres actions prévues sont l’organisation d’activités de réconciliation entre détenus et victimes de crimes et/ou membres de la communauté d’origine.

Ces activités sont prévues dans les prisons de Huye, de Rusizi, et de Nyarugenge, ainsi que dans les communautés habitant dans les districts de Nyaruguru, de Nyamasheke et de Gasabo.

 

DURÉE:

15 mois (1er mars 2019 – 31 mai 2020)

BUDGET TOTAL:

89’932 USD

PROJET EN PARTENARIAT AVEC:

Chemonics International

PROJET FINANCÉ PAR:

USAID

 
 
 

 Projets réalisés

Projets-réalisés.jpg
 
 
 

Depuis 1992, la Fondation DiDé a réalisé plus de 150 projets dans 12 pays. Des projets d’appui ponctuel et d’aide d’urgence ainsi que des projets de plus grande ampleur et durée ont été implementés avec les partenaires du terrain.

Ci-après vous trouverez une liste non exhaustive des projets accomplis par DiDé.

Burkina Faso

  • Prison de Bobo-Dioulasso: construction d’une infirmerie et de services sanitaires, appui à la création d’activités génératrices de revenus (savonnerie) et soutien aux cours d’alphabétisation.

  • Prison de Koudougou: création d’un jardin potager.

  • Maison d’Arrêt et de Correction de Ouahigouya: activités d’élévage, appui aux cours d’alphabétisation et construction d’un quartier pour mineurs.

  • Maison d’Arrêt et de Correction de Ouagadougou: création d’un atelier de soudure-menuiserie.

  • Laye: construction d’un centre pour mineurs en détention et fin de peine.

Guinée

  • Prison de Conakry: construction d’un mur de séparation entre les quartiers pour les mineurs et les quartiers pour les adultes.

  • Prison de Kindia: construction d’un pavillon pour les mineurs détenus.

  • Prison de Kankan: réhabilitation d’un quartier pour femmes, travaux d’assainissement et création d’ateliers de formation pour mineurs et femmes.

Madagascar

  • Prison de Tuléar: construction d’un pavillon pour détenus malades, construction d’un quartier pour mineurs, réhabilitation du quartier des femmes et construction de blocs sanitaires.

  • Prison de Fianarantsoa: construction d’un quartier pour femmes, réhabilitation du quartier des hommes, aide d’urgence en nutrition et appui à la formation des femmes et des jeunes détenues.

  • Prison de Morondava: construction d’un quartier pour garçons mineurs.

  • Prison de Mahajanga: réparation et aménagement d’une infirmerie et d’une salle polyvalente dans un quartier pour mineurs.

  • Prison d’Antahala: construction de deux quartiers pour les mineurs et les femmes et travaux d’assainissement.

  • Prison d’Ambanja: construction d’un qartier pour mineurs, de trois cuisines et travaux d’assainissement.

Philippines

  • Prison de Bontoc: construction d’un quartier pour femmes, d’un quartier pour mineurs et d’un pavillon pour enfants et femmes.

Rwanda

  • Cachots des districts de Bulinga, Musambira, Runda, Rutobwe, Shyanda, Teba et Kinyamakara: création d’activités de subsistence et génératrices de revenus telles que les cultures communautaires, l’élévage, la menuiserie, la couture et l’artisanat.

  • Prison centrale de Gitarama: construction d’un quartier pour mineurs équipé de terrains de jeux, salles de classes, ateliers et porcherie et accompagnement en santé mentale pour mineurs détenus, formation scolaire et professionnel pour mineurs détenus.

  • Centre de réhabilitation pour mineurs de Nyagatare: construction de trois quartiers pour mineurs et réhabilitation de l’ancienne prison en espaces d’éducation et de formation professionnelle, accompagnement en santé mentale pour mineurs détenus, formation scolaire et professionnelle pour mineurs détenus et soutien au maintien des liens familiaux.

Suisse

  • Suisse romande: activités de sensibilisation à la problématique des jeunes en rupture, expositions photographiques et conférences sur les femmes en détention.

  • Centre éducatif de détention et d’observation de la Clairière: création d’un atelier de capoeira.

  • La Fondatelle (Vérossaz, Valais): appui à la rénovation et transformation d'une cuisine/atelier de boulangerie pour les jeunes filles en rupture avec la loi.

Tchad

  • Prison de N’Djamena: construction d’un pavillon pour femmes détenues.

Brésil

  • Centre de Sapopemba: accompagnement des encadreurs travaillant avec des jeunes en liberté assistée.

 
 
 
 

Retrouver nos rapport d’activités